La filière

 

La seconde transformation


••• Le bois construction, la charpente ossature bois et menuiserie

On dénombre sur l’ensemble de la région Limousin, au 1er janvier 2007, 751 établissements de charpentes, menuiserie et construction bois (ossature, madriers, fustes...) qui emploient 1 833 salariés.

On retrouve le plus souvent plusieurs activités au sein d’une même entreprise. Ces entreprises sont à 90% artisanales, et pour la plupart familiales.

Au national, l'Observatoire Bois Construction 2012, illustre ce développement : plus d'une maison sur 10 est construite en structure bois.

En 2005 en Limousin, le nombre de maisons individuelles en bois représentait pour l’ensemble de la région, 14,1% du nombre de maisons individuelles commencées avec un taux record en Corrèze (21,2%). Ceci est bien supérieur au taux national (4%) et place la Corrèze au 2ème rang des départements français dans la construction bois.

Les possibilités de développement de ce secteur sont importantes puisque la demande est supérieure à l’offre, notamment avec l’émergence de la construction écologique et une politique régionale très favorable à la construction bois.
De plus en plus de maîtres d’ouvrages se préoccupent des conséquences environnementales de leurs actions et se tournent vers le bois lorsqu’il s’agit de construire. 

Ce secteur n’utilise que peu de bois régionaux, par manque d’offre adaptée qui reste à développer par l’amont.
Le Limousin possède pourtant une essence phare pour le bois construction : le Douglas. Il possède des qualités mécaniques et de durabilité très intéressantes à valoriser, que ce soit pour des utilisations en structure ou en façade.

Une approche concertée entre la première et la seconde transformation du bois permettrait aux essences de trouver la place qu’elles méritent dans le secteur de la construction.

Pour répondre à la forte demande, la filière bois construction devra développer la promotion et la formation aux métiers de la construction bois.



••• L’agencement et l’ameublement

Le secteur de l’agencement et ameublement représente un ensemble d’activité disparate en Limousin. Difficulté pour ces entreprises d’assurer leur pérennité dans un contexte international très concurrentiel, dû aux importations de produits provenant des pays à bas coût de main-d’œuvre.
Le secteur Limousin compte environ 1800 salariés dans 370 entreprises, la plupart artisanales et pesant peu au regard de la production nationale. La fabrication de sièges et meubles meublant sont les segments les plus représentés.
On trouve également quelques importantes unités industrielles dans la fabrication de literie, meubles pour chambres d’enfants et adolescents, mobilier en kit, bureaux et aménagement intérieurs.

 


••• Le bois énergie

Face à l’envolée des prix du pétrole, de plus en plus de particuliers, de collectivités et d’entreprises se tournent vers le chauffage au bois : bois bûche, plaquettes forestières ou de scierie, granulés…
Le Limousin comptait fin 2005 environ 80 installations (essentiellement des collectivités ou des entreprises  de la filière). Sur la seule année 2006, 77 chaudières automatiques (granulé ou plaquettes forestières) ont été installées chez des particuliers avec le concours du Conseil Régional.
Le bois énergie en Limousin est composé outre le bois bûche (estimé à 750 000 m3), de produits  connexes de scieries ou de plaquettes forestières (importées d’autres régions)
Les entreprises du bois se préoccupent actuellement d’une meilleure valorisation de leurs co-produits, et parfois ajoutent une activité bois énergie à leur entreprise.
Le développement des chaufferies collectives et des réseaux de chaleur est en retard en Limousin comparé à d’autres régions (Franche Comté, Midi Pyrénées…), cependant une multitude d’initiatives se mettent en place.
Il est important de bien coordonner, structurer et organiser les initiatives afin d’éviter toute distorsion de concurrence entre les projets des différents acteurs économiques.
L’enjeu majeur est la capacité à répondre en terme d’approvisionnement aux nombreux projets d’installation.

 

 La 2ème Transformation